Lezenn « evit ur skol a fiziañs » ha kelenn divyezhek | Loi « pour une école de la confiance » et enseignement bilingue

 

Kevre Breizh a sav mouezh a-enep politikerezh war-gil Jean Michel Blanquer


Spontet eo Kevre Breizh gant komzoù mezhus a-berzh ministr an Deskadurezh Stad er 21añ kantvet bet dalc’het gant Jean Michel Blanquer diwar-benn ar c’helenn dre soubidigezh, ha dre vras gant nac’hadenn an holl gemmoù-lezenn evit gwellaat diorren ar yezhoù-rannvro bet kinniget e-pad votadeg al lezenn evit ur skol a fiziañs. Lavar gaou toullet eo komz eus an unyezhegezh evel m’en deus graet d’ar 16 a viz Mae pa’z eus eus ar reizhiad-mañ er Frañs abaoe 50 vloaz en Euskadi, ouzhpenn 40 vloaz e Breizh, ganti disoc’hoù mat ken-ha-ken ha stummet enni yaouankizoù divyezhek ha zoken liesyezhek, digor war liested ar yezhoù hag ar sevenadurioù. Graet e vez gant an hentenn-se un tammig e pep lec’h dre ar bed, evit ar galleg hag all e proviñsoù saoznek ar C’hanada.
Ar reizhiad unyezhek an heni eo a chom uhelvennad an Ao. Blanquer eta, en ur vro unyezhek kaeet e-kreizig-kreiz he harzoù.

Ouzhpenn se e teu treut lod ar yezhoù-rannvro gant adreizhadur al lise hag ar vachelouriezh, evel ma’z eo bet lakaet en a-raok gant Max Brisson, daneveller al lezenn er Sened. Lezet e vezont da zibab gant un nebeud arbennikourien hepken war-goust ur c’helenn priziet ha kinniget d’an holl, hag e c’heller e choaz en holl hentadoù evel glad pep heni.

Evit a sell ouzh an treuziad-skol eo bet engouestlet kentañ ministr Édouard Philippe da souten diorren an tri hentad divyezhek (divyezhek publik, divyezhek katolik ha divyezhek kevredigezhel dre soubidigezh Diwan) d’an 8 a viz C’hwevrer 2019 dre sinañ Kevrat an oberezh publik evit Breizh. Sevel a ra Kevre Breizh a-enep diouer ar ministr Jean Michel Blanquer en deus lakaet degemer ur gemmadenn diefed ha diamplet emañ daneveller al lezenn ec’h unan a-enep dezhi, kement hag an holl gevredigezhioù. Gant se e c’houlenn groñs kenurzhierezh sevenadurel kevredigezhioù breizhek Kevre Breizh ma vo lakaet e plas ur wikefre aes a raio tu d’ar familhoù da zibab an hentad kelenn divyezhek par-ouzh-par pe dre soubidigezh, er c’helenn publik evel en heni prevez pe gevredigezhel.

Pellgargañ ar gemennadenn e pdf

 

Kevre Breizh dénonce
la politique régressive de Jean Michel Blanquer


Kevre Breizh est sidéré par les propos indignes d’un ministre de l’Éducation nationale au 21ème siècle tenus par Jean Michel Blanquer sur l’enseignement immersif et plus généralement par le refus de tous les amendements proposés pour améliorer la diffusion des langues régionales lors du vote de la loi sur l’école de la confiance. Parler d’unilinguisme comme il le fait le 16 mai est une énorme contre vérité alors que ce système existe en France depuis 50 ans au Pays Basque, plus de 40 ans en Bretagne et conduit à de très bons résultats et à former des jeunes non seulement bilingues, mais multilingues, ouverts sur la diversité des langues et des cultures. Cette méthode est appliquée un peu partout dans le monde, y compris pour le français dans des provinces anglophones du Canada.
L’idéal de M. Blanquer reste donc le système monolingue dans un pays monolingue retranché derrière ses frontières.

En outre, la réforme du lycée et du bac marginalise les langues régionales, comme l’a souligné Max Brisson, le rapporteur de la loi au Sénat. Elle cantonne les langues régionales au choix de quelques spécialistes au détriment d’un enseignement valorisé et promu auprès de tous et accessible dans tous les cursus en tant que patrimoine individuel et collectif.

Concernant le versement du forfait scolaire le premier ministre Édouard Philippe s’est engagé à soutenir le développement des trois filières bilingues (bilingue publique, bilingue catholique et associative bilingue Diwan en immersion) le 8 février 2019 en signant le Contrat d’action publique pour la Bretagne. Kevre Breizh dénonce la carence du ministre Jean Michel Blanquer qui a fait adopter un amendement inopérant et contre-productif dénoncé par le rapporteur de la loi lui même, et par toutes les associations. Dès lors la confédération des associations culturelles bretonnes Kevre Breizh demande avec la plus grande fermeté la mise en place d’un mécanisme simple permettant aux familles de choisir le système d’enseignement bilingue à parité ou par immersion, dans l’enseignement public comme dans l’enseignement privé et associatif.

Télécharger le communiqué en pdf

TOP